TradiNews

Actualité(s) du Traditionalisme Catholique

29 mai 2017

[Anne Le Pape - Présent] Reportage : rite oriental catholique à la Consolation

Les célébrants processionnant autour de l’autel.
En l’absence d’iconostase, les deux lutrins, portant
les icônes, la représentent.
SOURCE - Anne Le Pape - Présent - 26 mai 2017

A l’occasion de la fête de l’Ascension, les fidèles parisiens ont pu découvrir la Divine Liturgie célébrée dans le rite byzantin en langue slavonne (que l’on peut qualifier de « vieux russe ») par des prêtres lettons en visite en France. Accompagnés par l’abbé Weber, de la Fraternité Saint-Pie X, responsable de l’apostolat dans les Pays de l’Est, du père Damien-Marie et du frère Jean-Bosco, tous deux de la Fraternité de la Transfiguration avec laquelle ils sont en étroit contact, les pères Valerius et Konstantin, assisté du diacre Francisk, ont célébré le 25 mai à la chapelle Notre-Dame de Consolation, rue Jean-Goujon, en présence d’une assistance impressionnée et recueillie.


[Abbé Guillaume de Tanoüarn - Metablog] Mise au point sur la FSSPX

SOURCE - Abbé Guillaume de Tanoüarn - Metablog - 28 mai 2017

Il y a trois semaines, j’ai parlé 40 minutes à l’AFP, qui n’en a retenu que deux phrases : celles où j’explique que Mgr Fellay a un intérêt personnel à la réintégration de la FSSPX. 

Je maintiens et je développe : depuis le début, Mgr Fellay est « dans le cockpit », économe général avant même son ordination, évêque a 30 ans, supérieur général depuis si longtemps que la plupart de ses prêtres n’ont connu que lui. Son mandat actuel s’achève l’an prochain, mais si la FSSPX devient entre-temps une prélature personnelle, il n’aura plus à se préoccuper d’être réélu : elle sera comme son diocèse personnel, aussi longtemps qu’il durera.

Voilà qui peut expliquer les évolutions de Mgr Fellay sur la question. Je fais partie de ceux qui l’ont connu dans d’autres dispositions, je n’en ferai pas l’exégèse mais au fond les « mutins » les plus récents sont sanctionnés pour dire aujourd’hui que la FSSPX disait au début du siècle. Ce que leur reproche Mgr Fellay, c’est de continuer à prendre au sérieux, en 2017, ses propos de l’époque.

La réciproque est vraie et nous sommes quelques-uns à avoir été débarqués pour avoir pensé un peu trop tôt (et peut-être un peu trop haut) que la FSSPX ne devait pas développer une mentalité obsidionale.

Cependant, Dieu écrit droit avec nos lignes courbes. Je vous ai dit que l’AFP n’avait retenu qu’une minute de mes quarante, voici les 39 autres : Tôt ou tard la FSSPX sera réintégrée. Dans les faits c’est déjà le cas, le pape François ayant donné ce qui lui manquait encore : juridiction pour les confessions, et pour les mariages, la licéité de ses ordinations, et le pouvoir de juger ses prêtres en 1re instance.

Reste un dernier « coup de tampon » que la Fraternité acceptera parce que Rome accorde tout et ne demande rien en échange. La FSSPX insiste depuis toujours qu’elle est une œuvre d’Eglise, et voilà que le pape partage cette conviction – que demander de plus?

Je m’en réjouis pour la FSSPX, qui est le navire amiral du traditionalisme. JE M’EN REJOUIS SURTOUT ET ENCORE PLUS POUR L’EGLISE, qui depuis quelques années se réapproprie sa Tradition, par des petits pas… parfois décisifs. La libération de la messe traditionnelle est l’un d’eux, et la réintégration de la FSSPX en est un autre (plus de 600 prêtres… 1.500 personnes si on compte les religieux, les sœurs, et les communautés amies). Rome réintègre sa Tradition ! tout est dit, je m’en réjouis et vous aussi bien sûr.

[1990] [St Nicolas du Chardonnet] Messe pontificale par Mgr Marcel Lefebvre

SOURCE - 28 octobre 1990

28 mai 2017

[fsspx.news/fr] Etats-Unis : l'évêque de Madison demande de communier sur la langue

Monseigneur Morlino a récemment
célébré le Saint Sacrifice ad orientem.
SOURCE - fsspx.news/fr - 28 mai 2017

Le 11 avril, Mgr Robert Morlino, évêque de Madison, aux Etats-Unis, a demandé aux catholiques de son diocèse de recevoir la sainte communion à genoux et sur la langue.

Dans son sermon lors de la messe chrismale du Jeudi Saint, Monseigneur Morlino a commenté les propos du cardinal Sarah concernant la « crise de foi » actuelle. Revenant sur les mots du cardinal, l'évêque a déclaré : « Cette crise est une crise de la prière, car, comme on croit, on prie. La foi et la prière ne peuvent jamais être séparées. Et quelle est la prière la plus importante ? La Messe ! »

L'évêque estime que l'un des principaux moyens pour développer la foi est le respect pendant la messe. Il a demandé aux prêtres de son diocèse d'encourager les gens à recevoir la communion sur la langue et à genoux.

Selon le Père Richard Heilman, sur le blog Roman Catholic Man, Monseigneur Morlino a déclaré : « Je vais demander que nous nous mobilisions pour un plus grand respect lors de la réception de la sainte communion. Je vais demander que les fidèles soient encouragés à recevoir la communion sur la langue et à genoux... Il ne fait aucun doute que la communion sur la langue est plus révérencieuse. Et cette forme ne se prête pas à un comportement désinvolte. Je vais demander, qu’à partir de l'automne, nos élèves apprennent à recevoir la communion sur la langue. »

Monseigneur Morlino a été l'un des premiers évêques à répondre à l'appel du cardinal Sarah pour célébrer ad orientem. Il a également fait remettre les tabernacles sur les autels principaux des églises du diocèse. Bien qu'il ait malheureusement demandé aux fidèles de son diocèse de ne pas assister aux messes de la Fraternité Saint-Pie X, de peur d’adopter ce qu'il a appelé « une mentalité schismatique », il célèbre lui-même souvent la messe traditionnelle et l'a encouragée dans son diocèse.
La communion sur la langue : une tradition apostolique

Communion dans la main : un compromis face aux abus ?

« La pratique consistant à recevoir la communion dans la main n'a pas été requise par le concile Vatican II et n’a pas non plus été introduite en réponse à la demande des laïcs », affirmait le cardinal Ranjith en 2008. Au contraire, déclarait-il, cette pratique de piété établie - recevoir l'eucharistie à genoux et sur la langue - a été changée « de manière incorrecte et précipitée ».

De fait, cette pratique abusive a commencé à se répandre dans les milieux catholiques au début des années 60, principalement en Hollande. Comme cela se propageait après Vatican II, à partir de la Hollande, en Belgique, en France et en Allemagne, le pape Paul VI fit faire une enquête auprès des évêques du monde entier, afin de connaître leurs opinions sur le sujet. Le 28 mai 1969, la Congrégation pour le Culte Divin, après avoir examiné les réponses des évêques, publiait sa conclusion : « D'après les réponses reçues, il est clair que, de loin, le plus grand nombre des évêques estiment que la discipline actuelle [c.-à-d., la sainte communion sur la langue] ne devrait pas être modifiée du tout ; en effet, si cela était changé, cela offenserait la sensibilité et le jugement spirituel de ces évêques et de la plupart des fidèles » (Memoriale Domini, 28 mai 1969).

Cependant, Paul VI fit un compromis avec les évêques désobéissants et, au vu de « la gravité de la situation », il n’autorisa pas la Communion dans la main, mais il accorda un indult (exception à la loi) sous les conditions suivantes :
  • L'indult ne pouvait être donné à un pays où la communion dans la main n'était pas déjà une pratique courante ;
  • Dans les pays où l’indult serait accordé, les évêques devaient approuver la pratique "par un vote secret et à la majorité des deux tiers".
De plus, le Saint-Siège établit sept règles concernant la communion dans la main. Le non-respect de ces règles pourrait entraîner la perte de l'indult. Il était demandé de :
  • Respecter ceux qui continueraient la pratique traditionnelle (recevoir la communion à genoux et sur la langue) ;
  • S’assurer du respect pour l'Eucharistie ;
  • Renforcer la Foi en la présence réelle.
Une fois la porte ouverte cependant, l’indult devint la norme pour la communion des laïcs.
Pression aux États-Unis
La communion dans la main a été officiellement autorisée aux Etats-Unis en 1977, sous la pression et en raison de la manipulation de l'archevêque Joseph Bernardin, alors président de la Conférence nationale des évêques catholiques (NCCB). Incapable de réunir la majorité des deux tiers, il collecta « les votes des absents », de tous les évêques qu'il put trouver, y compris ceux qui, retraités, n'administraient plus de diocèses.

Aujourd'hui, la Conférence épiscopale des Etats-Unis indique clairement que la communion peut être reçue dans la main ou sur la langue, décision qui doit être prise par celui qui communie, et non par le ministre qui la distribue.
Perte du respect envers l'Eucharistie
Les règles établies par Paul VI comme conditions pour jouir de l'indult ont surtout été ignorées. La pratique abusive a entraîné les manques de respect et les blasphèmes habituels, et donc la diminution (si ce n’est la perte) de la foi en l'Eucharistie en raison de la corrélation entre action et pensée : lex orandi, lex credendi.

Pour la gloire de Dieu et le salut des âmes, il est temps que les évêques prennent des mesures pour supprimer cette pratique offensante et abusive, qui est devenue la norme à la faveur d'un indult accordé par faiblesse et sans contrôle.

[Wigratzbad (FSSP)] Ordinations sacerdotales aux USA

SOURCE - Wigratbad (FSSP) - 27 mai 2017

Alors que les dix nouveaux diacres de notre séminaire de Denton dans le Nebraska s'apprêtent à venir passer le mois de juin à Wigratzbad, leurs sept confrères de la promotion précédente ont été ordonnés prêtres le vendredi 26 mai, dans la ville voisine de Lincoln, par Mgr Prendergast, archevêque d'Ottawa au Canada.
Deux autres diacres formés à Denton seront ordonnés prêtres le 17 juin, en Angleterre, dans notre église de Warrington, par l'archevêque de Liverpool, puis ce sera le tour des candidats européens, le 1er juillet, à Lindenberg près de Wigratzbad. Sept séminaristes y seront ordonnés par le cardinal Burke, Patron de l'Ordre de Malte. 
    
Un peu plus tard, le 15 août, un séminariste nigérian formé à Denton sera ordonné prêtre dans son pays d'origine, par Mgr Ochiagha, évêque émérite d'Orlu.
     
Enfin deux prêtres français seront ordonnés à l'automne. 2017 aura été une année bénie pour la FSSP, avec 19 nouveaux prêtres offerts au service du Christ et de son Eglise. Nous vous remercions vivement de bien vouloir prier pour leur fidélité et leur sainteté. 
     
Prions aussi pour le fils du Premier Ministre de la Pologne, ordonné prêtre le 27 mai. Il célèbrera sa première messe solennelle dans la forme extraordinaire dans la paroisse desservie par la Fraternité Saint-Pierre à Cracovie.